L'absence un vide immense.

La vie qui pèse un peu plus lourd chaque jour.
Pourtant que de mois ont passé.
Ce vide qui prends beaucoup trop de place. Où raisonne un dernier cri.
Cette douleur lancinante et silencieuse qui me ronge petit à petit.
Ce vide trop grand au fond de moi. Tout ce bonheur qui n'est plus là.
L'amour me hais, le bien me fait mal.
Mon amour est trop lourd. Trop lourd de mes fautes.

L'ombre de ton absence. Pèse sur ma vie. L'ombre de ma connerie aussi.
Pourtant les heures ont tournées. Combien me faudra-t-il de vie pour t'oublier.
Mon cœur n'a plus de joie, ni de foi. Car maintes fois épris et meurtri.
Loin des yeux, loin du cœur j'apprends la peur.
Ton absence. C'est mes yeux sur le téléphone. Maintenant qu'il n'y a plus personne.
Je reste là avec ma vie sans plus savoir comment faire. Sans plus savoir quoi en faire, ni ou aller.

Ton absence accompagne mes jours.
Loin des yeux, loin du coeur j'apprends la douleur.
Oui, j'ai appris a gérer, à contrôler, à apaiser... Parfois, j'en ai assez de maîtriser. J'ai envie d'exploser.
J'ai envie de fermer les yeux pour revivre ce rêve pour l'éternité.
Etait-ce réel une telle amitié ?.

L'ombre de ton absence. Pèse sur ma vie.
Il faut aller de l'avant. Ne garder que les bons souvenirs et les moments de joie.
Là où était la tristesse.
Tu as mis la joie.
Je dors encore blotti dans ton sourire
Le clown guerrier que je suis devint d'argile face à toi si fragile et forte à la fois.

Ton absence. Hante mes nuits
Je sais, il faut faire table rase du passé.
Dans un sursaut je me lance à corps perdu dans la vie.
Mais ton souvenir resurgit. Une fuite en avant, un simple répit.

L'ombre de ton absence. Que je cache d'un voile discret.
Ce vide qui prends beaucoup trop de place
Je n'ai pas su te séduire par mes silences et mon absence.
Ton absence c'est une photo encadrée, qui me dit que tout est terminé.
Parfois je me demande si tu as existé ?

Moi @ 9 Juin 2001.